Le secret du Capitaine

Capitaine ou la traversée documentaire d’Adrien Bosc

Le 24 mars 1941, le Capitaine-Paul-Lemerle quitte le port de Marseille : c’est ainsi que s’ouvre pour ainsi le nouveau récit d’Adrien Bosc. A cette époque d’exodes et de fuites, où les routes et les mers sont chargées de réprouvés et d’apatrides, ce départ pour la haute mer n’a rien de singulier. Mais parmi les passagers qui fuient le régime nazi, les compromissions françaises et la guerre partout dans une Europe en feu, le lecteur croise André Breton et Claude Lévi-Strauss, Anna Seghers et Victor Serge, Wilfredo Lam et Alfred Kantorowicz.

C’est dire qu’à l’heure où les sociétés européennes se déchirent pour des arguments idéologiques et des prétextes raciaux, s’invente à bord du Capitaine une autre communauté, une communauté d’exilés sans doute, mais aussi d’artistes, d’écrivains et de savants. Et malgré les haltes et les difficultés de la traversée, les échanges et les dialogues constituent un saisissant contrepoint aux divisions et aux déchirures qui sévissent sur le vieux continent. Manière de penser la collectivité sans céder aux discours de la nation, ni de l’identité, mais en prenant en charge la force du hasard et des curiosités aléatoires : « Une démocratie foutraque et une galerie de personnages hauts en couleur, une masse compacte et fabuleuse à empoigner, l’abrégé en noir et blanc d’une époque, comme un de ces tableaux de Babel avant la chute, une tour écroulée sous des détails fournis. »

Lire la suite

 

Vertige littéraire

«Bibliothèque tournante : ce titre m’est venu à l’esprit en pensant au meuble qui s’appelle ainsi, mais plus encore à l’analogie avec la porte à tambour. Du même coup, j’avais devant les yeux l’image d’une bibliothèque ouverte sur le monde, où l’on entre et d’où l’on sort librement. Qui tourne sur elle-même, pour s’ouvrir sur un autre réel, d’autres curiosités, et des vies qu’on soupçonnait à peine.» — G. M.

«Rassembler en un volume des entretiens, c’est transformer des mots de circonstance en livre pour dessiner rétrospectivement un parcours : les entretiens cessent alors d’escorter la parution d’un livre pour esquisser une trajectoire, donner à lire des inflexions et des continuités, apprécier une oeuvre en mouvement, avec ses accords et ses basses continues. Et par leur juxtaposition, les entretiens deviennent un livre supplémentaire qui s’ajoute aux précédents, mais sans les surplomber : s’invente là un autre régime de la parole littéraire, entre la spontanéité de la conversation et la recherche de l’écrit, entre la réponse vive aux injonctions du présent et le temps de la réflexion. Les livres de Gérard Macé sont déjà tout entiers dans cette alliance entre la souplesse de l’oralité et l’érudition livresque, les souvenirs des patois de l’enfance et la conquête de la bibliothèque.» — Laurent Demanze.

Performance et écriture : des gestes réparateurs ?

Nathalie Léger, La Robe blanche, Paris, P.O.L, 2018

           La robe qui donne son titre à ce saisissant récit de Nathalie Léger, c’est celle que porta l’artiste Pippa Bacca pour un voyage qui devait l’amener en auto-stop de Milan jusqu’à Jérusalem, afin d’effacer les horreurs de la guerre. Mais ce voyage a pris désastreusement fin en Turquie, où la jeune femme fut violée et tuée. Cette robe, qui était un instrument de réparation, est aussi une surface graphique qui prend sa part de la salissure et des ordures du chemin, qui témoigne concrètement du parcours de l’artiste. Robe blanche et page blanche, performance et récit, c’est dans cet écart que s’invente l’étonnant texte de Nathalie Léger, avec sensibilité et élégance.

 Après avoir mené une passionnante réflexion sur l’exposition et plus particulièrement sur la mise en scène de soi à travers la comtesse de Castiglione dans L’Exposition (P.O.L, 2008), après l’évocation de la réalisatrice de Wanda dans Supplément à la vie de Barbara Loden (2012), Nathalie Léger ausculte une fois encore un destin de femme, pour se livrer indirectement à une dérive sur la performance : le geste est tiraillé entre recherche du mémorable et quête de l’évanouissement, entre scénographie de l’artiste et mise en péril de soi. L’entreprise minutieusement préparée deux mois en amont par l’artiste italienne obsède la narratrice qui dévide au fil des pages quelques figures illustres de la performance. Elle compose à mesure une anthologie critique de la performance, marquant sans s’appesantir la présence essentielle des artistes-femmes dans ces aventures du corps : les performances de Carolee Schneemann, Marina Abramovic ou les robes de Marie-Ange Guilleminot, Niki de Saint-Phalle, Jana Sterbak. Lire la suite.

 

Les investigations romanesques de Didier Blonde

Carnet d’adresses de quelques personnages fictifs de la littérature

En ces temps de confinement, où l’on ne voit de la ville que pans de murs ou rues désertes, emboîtons le pas à Didier Blonde dans Carnets d’adresse, qui nous propose de déambuler dans Paris, de quoi griffonner en main, à l’affût. Il observe, traque, flaire l’atmosphère des lieux : nulle victime pourtant, ni coupable. Ceux qu’il suit à la trace, ce sont en effet les personnages de roman jusque dans leur domicile. C’est sur les pas d’Arsène Lupin que Didier Blonde a commencé d’enquêter, quand il s’est rendu compte que l’une de ses planques était à quelques mètres de chez lui : il voisinait le maître des déguisements et des identités doubles sans le savoir. Et cela suffit pour décider de renouveler l’enquête sur le terrain, carnet en poche à la façon d’un détective ou d’un Zola, pour sillonner la ville. Lire la suite

Rudiments de marketing littéraire

           Le vif et subtil essai de Jérôme Meizoz prolonge des réflexions menées depuis près de quinze ans sur la posture littéraire : de Rousseau à Houellebecq, il s’agit de dessiner l’histoire de la littérature « en personne », à travers le souci de l’incarnation et de la présence médiatique de l’écrivain, depuis l’entrée dans l’ère moderne. L’âge industriel, puis le néolibéralisme ont accentué cette présence médiatique de l’écrivain qui est tout ensemble une personnification de l’œuvre et un produit d’appel. Sur la scène littéraire, chacun soigne son profil, sa manière de tenir une cigarette, se livre de bon gré aux entretiens, sinon aux festivals et aux résidences : Jérôme Meizoz, au lieu de mépriser ces gestes et ces pratiques, ou de les enfermer au seul espace de la publicité littéraire, en quête de renommée, choisit de les prendre en considération. Ce sont des éléments de l’activité littéraire contemporaine, tant il est difficile, encore plus dans le régime contemporain, de distinguer la création, invisible et secrète, de l’exposition médiatique. Lire la suite…

En route vers Sylvain Prudhomme

Paraît ce mois-ci, dans le n°16 de la collection Écritures contemporaines, le premier volume collectif consacré à l’œuvre de Sylvain Prudhomme, codirigé par Pascale Roux et Laurent Demanze. On y trouvera notamment avec les nombreuses études sur son œuvre nomade, des textes inédits et un entretien avec l’écrivain, désormais édité chez Minuit et lauréat du prix Fémina.

Ultra-contemporains !

La collection Ultracontemporanea a été fondée par Matteo Majorano : elle est consacrée aux littératures d’expression française contemporaines. Elle est actuellement dirigée par Marinella Termite et Laurent Demanze, après avoir été dirigée par Marie-Thérèse Jacquet. Le dernier volume, avec des inédits de Pierre Senges et Pierre Bergounioux est consacré au “Prisme des anomalies”. Le prochain numéro sera consacré aux “Musées imaginaires des écrivain.e.s contemporain.e.s”.

 

Les mondes retrouvés de Rachel Carson

 

La littérature n’a sans doute jamais autant dit son souci du vivant qu’aujourd’hui, et en marge de nombreux romans qui se saisissent de cet enjeu primordial, quelques essais empoignent avec force cette urgence, comme celui de Pierre Schoentjes, Littérature et écologie. Le mur des abeilles ou celui de Jean-Christophe Cavallin, Valet noir, tous deux publiés chez José Corti. C’est chez ce même éditeur dont l’engagement pour le vivant est vibrant, depuis la création de la belle collection Biophilia et leur départ de Paris pour le Colombier, que paraît ce printemps des textes inédits en français de Rachel Carson, traduits par Bertrand Fillaudeau. Il est bon de temps à autre de saluer les figures d’avant-garde qui ont donné l’alerte : son analyse des ravages des pesticides, Printemps silencieux, a désormais presque soixante ans, et sa force prémonitoire reste intacte, comme l’exigence d’un changement radical de modèle de vie.

Voir l’article complet

Un nouvel âge d’homme

L’âge de la première passe d’Arno Bertina

L’œuvre d’Arno Bertina est magnétisée par un tropisme africain : de la guerre d’Algérie dans Le Dehors à la restitution des biens spoliés dans Des lions comme des danseuses, l’écrivain cadastre l’envers de l’histoire occidentale, le registre de ses exactions et de ses crimes, mais il accompagne également la vitalité joyeuse du continent, sa puissance de devenir et son énergie joueuse. C’est un tel tiraillement qui traverse L’âge de la nouvelle passe, avec pour ambition d’interroger la place inconfortable de l’écrivain, homme, blanc, occidental, au Congo, accompagnant une ONG s’efforçant d’aider des mineures prostituées. Si le livre ne prétend pas proposer la radiographie du Congo, il tient registre néanmoins d’une expérience au long cours, puisque l’écrivain a accompagné des ONG à plusieurs reprises à Pointe-Noire et Brazzaville à partir de 2015, pour y mener des ateliers d’écriture. Au lieu de décliner la litanie de la mauvaise conscience, de dire le sentiment d’être déplacé, le livre célèbre au contraire la force de ces jeunes femmes contre la violence qui leur est imposée, l’énergie électrique qui les fait tenir debout.

https://ecritcontemp.hypotheses.org/etudes-2020

209, Mode d’emploi

Deux ans après la diffusion d’un documentaire remarqué, Les Enfants du 209 rue Saint-Maur, Paris Xe, Ruth Zylberman arpente à nouveau l’immeuble parisien, s’imprègne une fois encore de la mémoire matérielle du lieu. Revenir ainsi sur ses pas, c’est d’emblée souligner que l’enquête menée à l’occasion du documentaire se prolonge, par ricochets et élargissements : signe du caractère inachevable ou inépuisable de l’investigation documentaire. Le livre constitue à la fois un avant-texte et un codicille. Un avant-texte parce qu’il entrouvre la fabrique du documentaire, précise les conditions du choix de l’immeuble, inscrit plus fortement les scrupules et les hésitations de la réalisatrice, marque sa place devant ou derrière la caméra ; un codicille, parce qu’il saisit les conséquences et les après-coups suscités par la diffusion du film, les lettres reçues, les témoignages supplémentaires : en un mot, son onde de choc. Le livre redouble moins le documentaire qu’il ne l’ouvre en amont et en aval.

Lire la suite de l’article.

Laurent Demanze